5 gestes du quotidien pour protéger les océans

Comment protéger les océans ?

On ne va rien t’apprendre si nous te disons que la situation de nos océans est de plus en plus inquiétante et qu’il est important que nous agissions tous.

En tant que surfeurs, nous voyons la qualité de l’eau se dégrader à chaque session et de plus en plus vite.

Le plastique devient presque aussi présent dans l’eau de mer que le sel. Néanmoins, s’il est un désastre pour les océans, il n'est pas le seul danger des écosystèmes marins.

En effet, la pêche industrielle cause un dommage effroyable à la faune marine ainsi qu’à l’équilibre des écosystèmes.

En cette journée mondiale des océans, voici 5 conseils pour agir concrètement au quotidien.

Et si les surfeurs devenaient les meilleurs ambassadeurs de la protection des océans ?

 

Le “Bycatch” (prise accidentelle)

Comme l’indique l’association Sea Sheperd dans sa dernière enquête, la pêche tue dans le golf de Gascogne, près de 10 000 dauphins par an.

Parfois, les pêcheurs attrapent et rejettent des animaux dont ils ne veulent pas, qu'ils ne peuvent pas vendre ou qu'ils ne sont pas autorisés à garder.

Ceci est collectivement connu sous le nom de « Bycatch » (« prise accessoire »). Les Bycatch peuvent être des poissons, mais comprennent également d'autres animaux tels que les dauphins, les baleines, les tortues de mer et les oiseaux de mer qui deviennent accrochés ou empêtrés dans les engins de pêche.

Ils sont relâchés par les pêcheurs mais les mailles des filets cisaillent leur chair et finissent par mourir de faim ou asphyxiés.

Si les massacres sanglants de dauphins aux îles Féroé et au Japon choquent à juste titre l’opinion publique, une tuerie plus insidieuse et d’ampleur encore plus grande est perpétrée chaque année en France, plus particulièrement le long de la façade atlantique.

Plusieurs méthodes de pêche industrielle encore autorisées en France et à l’étranger en dépit de l’éthique et du bon sens écologique sont en train d’exterminer méthodiquement de nombreuses populations de mammifères marins. À tel point, que les captures par les engins de pêche sont aujourd’hui considérées comme la principale menace pesant sur la survie des cétacés, pourtant protégés.

Le taux d’échouage enregistré par les scientifiques est 30 fois supérieur au taux normal. Avec une fourchette moyenne de 10 000 dauphins tués par an sur la façade atlantique, le taux de mortalité qui ne doit pas être dépassé sur une année entière l’est en un mois seulement !

 

Pourquoi faut- il autant prendre la cause du dauphin à cœur ?

"Si nous n’arrivons pas à les épargner eux, qui ont un tel capital sympathie, alors nous n'épargnerons rien d’autres dans l’océan” Sea Shepherd France

La survie de l’humanité préservation dépend de l’équilibre de nos océans puisqu’il s’agit du premier organe de régulation du climat et du premier producteur d’oxygène.

 

 

 

 

Se sensibiliser et s’instruire :

Qu’est-ce que la pêche industrielle ?

“Des chalutiers européens géants pouvant atteindre plus de 140m de long, équipés en technologie de pointe, écument les mers du globe à la chasse du dernier poisson grâce à l’argent des contribuables et en toute légalité, menaçant la survie des populations locales et des petits pêcheurs locaux” (source Bloom)

Pour bien comprendre l’urgence et la complexité du problème, nous te conseillons de regarder quelques vidéos.

Parmi elles : Seaspiracy

En enquêtant sur les dommages causés par les humains à la vie marine, un cinéaste passionné met à jour une grave corruption à l’échelle mondiale.

Un véritable film-documentaire qui permet de comprendre les rouages de la pêche à l’échelle mondiale.

 

Norvège : Saumon fumeux - L’Effet Papillon

Dans ce reportage plus court, direction la Norvège où la vie n’est pas rose pour le saumon sauvage. Le pays en comptait 1 million, il y a 30 ans. Il en reste à peine 500.000 aujourd’hui.

En cause : l’élevage intensif de salmonidés et un parasite qui prolifère de façon tout aussi industriel : le pou de mer. La Norvège jure qu’elle prend les mesures qui s’imposent pour freiner sa production et préserver l’environnement, mais dans les faits, la réalité est tout autre.

 

Cash investigation - Pêche industrielle : gros poissons en eaux troubles (Intégrale)

Les secrets que renferment nos conserves de thon sont plus gros que ceux que tu peux imaginer.
C’est l’un des produits phares de nos placards de cuisine : 8 ménages sur 10 en achètent chaque année. C’est bon, facile à cuisiner et plutôt bon marché. Le thon fait partie des poissons les plus consommés au monde

Des eaux turquoise des Seychelles aux quais de la Méditerranée, Cash Investigation t’emmène pour une partie de pêche en eaux troubles.

 

Comment je peux agir ?

C’est sûrement la question que tu te poses après avoir vu ces vidéos.
Il n’existe pas de solutions miracles qui règleront le problème en un court instant.

Mais tu peux agir dès aujourd’hui et au quotidien pour protéger à ton niveau les océans :

- Végétalise ton alimentation : on l’a vu dans les différents reportages, notre consommation de poisson a considérablement augmenté depuis les dernières décennies. Il faudrait que l’on mange moins de poissons et que l’on introduise quelques repas sans poissons/sans viande par semaine. Tu peux commencer par 1 ou 2 / semaine au début et monter jusqu'à 6 ou 7 si tu arrives. Diminue ta consommation de sushi ou arrête-la (le saumon provient des fermes aquatiques de la vidéo de l'Effet Papillon au-dessus ⬆️).

- Démarre une démarche zéro déchet : on le sait, le plastique est aussi un fléau pour les océans. Mais aussi compliqué de lutter contre lui au quotidien car il est présent dans tous les produits que l’on achète.
Tu peux donc commencer par remplacer dans ton quotidien quelques produits qui ont un emballage plastique inutile : dentifrice et savon solides, gourdes et eau du robinet au quotidien, produits ménagers.
L’objectif (ou l’utopie?) étant d'arrêter de consommer du plastique à usage unique.

- Soutiens les associations qui protègent les océans en premières lignes : Greenpeace et Sea Shepherd.

Greenpeace et Sea Sheperd sont deux associations indépendantes qui luttent pour la protection de l’environnement avec 2 modes d’actions différents : l’une utilise la non violence et l’autre des “stratégies novatrices d’action”.
Elles ont besoin au quotidien du relais et du partage de leur action sur les réseaux sociaux. Il est important aussi de signer leur pétition et de les partager au plus grand nombre.

- Tu peux aussi les soutenir financièrement si tu le peux.

- Crème solaire faite-maison ou naturelle : la crème solaire que nous utilisons l’été se retrouve inévitablement dans l’eau de mer et peut la polluer si ses produits sont toxiques
Tu peux donc favoriser les crèmes solaires avec le plus de produits naturels et sans danger. Et pourquoi ne pas faire ta crème solaire maison ?

 

L'exemple d'une crème minérale et solide ici : https://www.comme-avant.bio/pages/creme-solaire-minerale-solide-a-lhuile-de-moringa#ae566

Une recette ici : https://lesmouvementszero.com/zero-dechet/diy/creme-solaire/

SOURCES :

https://pecheindustrielle.bloomassociation.org/

https://www.greenpeace.fr/protection-des-oceans/

https://seashepherd.fr/qui-sommes-nous/defendre-et-proteger-les-oceans/

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés